Nous aimons Big Brother

vendredi, 16 février 2018

Nous aimons Big Brother
De nos jours, si ce n’est pas transparent, c’est que l’on cache quelque chose, et c’est mal vu.

Et si c’étaient plutôt les tenants de la transparence à tout prix qui étaient dans l’erreur?

Depuis quelques années, les exigences de transparence semblent sans fin. Aux yeux de certains, rien ne sera jamais assez transparent; ceux-ci insistent afin que l’on nomme un surveillant chargé de surveiller les surveillants, croyant que c’est ainsi que la justice triomphera. Pour les intégristes de la transparence, rien n’est trop transparent, oubliant la maxime d’Aristote qui nous enseignait que le manque, comme l’excès, sont deux défauts d’égale valeur. Pour le dire autrement, en affaire de transparence comme en toute chose, trop, c’est comme pas assez… Peut-on être trop transparent? Bien sûr. On peut être transparent jusqu’à n’être plus rien. Démonstration.

En ces années d’exposition de soi, Pessoa dirait que mourir, c’est ne pas être vu. Toutefois, il faut savoir faire la part des choses : si la transparence a son utilité, elle suggère de ne pas cacher ce qui doit être vu, l’excès de transparence oblige à tout montrer en tout temps, ne laissant aucune place à l’intimité, à la genèse des idées et même à l’imagination. La transparence est, d’ailleurs, le contraire de l’imagination. Quand on voit tout, on n’imagine plus rien. Rendue à ce point, la transparence devient obscène. 

De tout temps, l’humain a eu besoin, pour être humain, d’intimité, de secret, d’une part fragilité qui n’était qu’à lui ou à elle. Au rythme où vont les choses, bientôt, personne n’aura à forcer personne à montrer cette intimité : tous auront déjà commencé, par eux-mêmes, à la rendre publique. Cela s’appelle Facebook.

Après s’être soi-même exposé, afin de convaincre les autres que l’on existe, quelques-uns se rebiffent si un employeur consulte leur profil et pose un jugement sur leur conduite, ayant oublié, avant de publier une photo privée que la vie privée doit demeurer privée et que les médias sociaux sont un espace public.

La transparence, d’une bonne chose qu’elle ait pu être à l’origine, est devenue une tyrannie. La transparence est le nouveau mot pour dire « mise au pas ». Tout ce qui n’est pas transparent est dénoncé.

Pourtant, transparence et vérité ne sont pas synonymes. Un cumul d’information n’égale pas une vérité. La transparence montre mais ne parle pas. La transparence est dénuée d’ambigüité, cette ambigüité qui permet la réflexion, la créativité, la pensée, l’humanité.

Ce qui manque de nos jours n’est pas de montrer tout ce qui semble caché mais plutôt de réfléchir à ce qui est important. La pensée critique disparaît doucement alors que l’on est occupé à pointer la lumière partout.

Au même moment, force est de constater que nous vivons dans une société paradoxale qui, tout en exigeant de la transparence partout, met sur pied des structures visant à protéger la vie privée. 

Pourtant, sur Facebook ou Instagram, personne ne veut de vie privée; on choisit plutôt d’inviter Big Brother chez-soi.

De danger qu’il était, Big Brother est maintenant passé au rang d’ami Facebook.

Tout comme Winston Smith dans 1984, on peut maintenant affirmer « J’aime Big Brother ».

Je suis transparent.

Aucune pensée n’est de moi.

Je n’imagine rien qui ne peut être observé.

L’humain transparent est le nouveau détenu.

J’aime Big Brother

Suivez-nous sur

Contactez-nous

René Villemure Éthicien.
4620 avenue Doherty
Montréal, QC H4B 2B3

514 369-2611
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En Europe

Représentation en Europe

AdGENCY Experts
Contact: Denis Adjedje
+ 33 (0) 6 60 47 60 06

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.adgency-experts.com

Au Canada

Représentation exclusive au Québec - Éthikos

Sophie Hamel-Dufour

514 369-2611
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

© René Villemure 2018- Tous droits réservés. | Politique du site